L’opinion de Villeneuve : « Heureusement, pour les jeunes, les F1 sont faciles à conduire. »

Angélique Belokopytov/ septembre 6, 2017/ Séries/ 0 comments

À la sortie d’un virage Spadois, nous avions rendez-vous avec le franc-parler d’un certain québécois, Jacques Villeneuve. Le pit stop fut long, et pour faire durer le plaisir, cet entretien sera publié en dix parties, tous les jours à 11 heures.

Le plateau F1 actuel est de plus en plus clivé entre anciens pilotes expérimentés et jeunes rookies en assoiffés de victoires. Mais la sage expérience fait-elle face à l’insouciante jeunesse ? Jacques Villeneuve pose le pour et le contre.

Résultat de recherche d'images pour

  • Nous avons quelques pilotes sur le plateau qu’on pourrait qualifier d’anciens. Je pense à Raikkonen, Alonso ou encore Massa. Tu penses qu’ils ont toujours leur place ?

Tu peux ajouter Hamilton à la liste aussi. Deux cents Grand Prix disputés, c’est un vieux pilote ! En termes d’expérience, évidemment.
Bien sûr qu’ils font la différence. Regarde le travail de chacun d’entre eux, ils sont toujours là et ils font la différence. Ils méritent d’être ici et la F1 en a besoin : pour l’image, et pour ce qu’ils apportent. Ils savent pourquoi ils sont là. Et même par rapport aux jeunes. Un jeune ne peut qu’apprendre que s’il a un étalon. Regarde les combats de gladiateurs à l’époque: si tu mets deux jeunes face à face tout le monde s’en fout. Par contre, si un Tyson se faisait battre à l’époque par un nouveau, tout le monde réagirait et dirait « bravo le nouveau » mais si un petit novice bats un autre, mais qu’est-ce qu’on s’en fout. C’est ça le problème. Il y a trop de jeunes et ils n’arrivent pas à faire leurs marques en se battant qu’entre-eux.

  • D’un autre côté c’est aussi très compliqué d’entrer pour les jeunes…

Tout comme c’est compliqué de rester pour les anciens. On a remplacé Button par Vandoorne, et regarde ce que ça donne. A chaque fois qu’une équipe se débarrasse d’un pilote expérimenté, il faut toujours mettre à sa place un jeune mais ça ne marche pas. Ce n’est pas un jeu la Formule 1 !

  • Avant, pour qu’un jeune pilote arrive en F1, il y avait beaucoup de tests, d’essais, etc. Aujourd’hui, ils arrivent presque sans rien, est-ce que c’est une bonne chose ?

C’est très difficile… heureusement pour eux, les voitures sont faciles à piloter par rapport à ce que c’était à une époque, ça aide un peu. Les simulateurs sont bien faits mais restent des simulateurs. Pour moi le problème, c’est qu’ils arrivent à un âge où n’ont pas encore le concept du respect, du danger, de la prise de risque et aussi du danger qu’ils occasionnent aux autres. Ils sont trop jeunes encore pour tout ça.

Résultat de recherche d'images pour

  • 1997, Magny-Cours. Après une heure trente de course, tu sortais de la voiture complètement épuisé. Aujourd’hui, on voit des jeunes rouler presque sans fin et sortir sans effort.

Le monde a évolué comme ça, quel que soit le milieu. On veut des jeunes et encore des jeunes. Tu vas leur dire qu’ils sont moins bons que le pilote expérimenté déjà présent, on te dira « ce n’est pas grave, il faut des jeunes.» On m’a déjà dit « la vie est tellement dure, il faut donner la chance aux jeunes »
Je donne un exemple : quand McLaren a gardé Button à la place de Magnussen la première fois, je roulais en rallycross à l’époque. Une jeune journaliste italienne est venue à l’événement à Bologne et me demande ce que je pense de la décision de McLaren. Je lui réponds que c’est génial.
A ce moment-là, Jenson était marié avec une japonaise, il est adoré Japon, il a beaucoup d’expérience, il a déjà bossé avec Honda, il sait gagner des courses et il va aider au développement de la voiture, il est vite, donc c’est top ! Et elle répond que « oui, mais ça aurait été meilleur s’ils gardaient le jeune Magnussen » Je lui réponds alors que Kevin est moins vite que Jenson. Elle me dit qu’il faut donner la chance aux jeunes. Et ça m’a un peu énervé. Surtout, elle a ajouté : « Regarde, moi, je suis une jeune journaliste, les vieux ils ne veulent pas arrêter et c’est dur pour moi. » J’ai envie de lui dire « mais réveille-toi, bosse, tu dois mériter ta place ! »

Résultat de recherche d'images pour
Cette attitude-là, elle est très destructrice. C’est dangereux pour les jeunes, on leur ouvre la porte au lieu de les faire souffrir un peu, et ils ne méritent pas encore leur gâteau. Et tout ça, psychologiquement, ça a un effet humainement parlant sur les pilotes. Il faut être conscients qu’on est quand même dans un sport où la vie des autres aussi est risquée, ce n’est pas un jardin d’enfants, c’est le summum ici. On ne peut pas rêver de gamins de 18 ans s’amuser… c’est ce qui fait qu’on perd les ténors. Et c’est aussi en partie pour ça qu’on a perdu pas mal de fans. Ça devient éphémère, c’est trop facilement remplaçable, on met des jeunes c’est facile, donc ça n’a rien de spécial.

Angelique Belokopytov

About Angélique Belokopytov

Le ronronnement des moteurs m'a bercée depuis ma plus tendre enfance et rythme mon quotidien. Amoureuse de la course et du journalisme depuis des années, vivre de ces deux passions m’apparaît comme une évidence. Comme Schumi l'a dit un jour: “I’ve always believed that you should never, ever give up and you should always keep fighting even when there’s only a slightest chance.”

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*