Le jour où Ross Brawn a adopté un jaguar

Angélique Belokopytov/ mai 2, 2018/ Séries/ 0 comments

SERIE. Ces dernières années, la Formule 1 ne peut se dissocier d’un nom britannique qui a fait son histoire : celui de Ross Brawn. L’actuel directeur technique et sportif de la discipline a marqué le championnat grâce à ses compétences d’ingénieur. Mécanicien, directeur technique ou encore directeur d’écurie, la plupart des voitures et des pilotes qui ont roulé sous sa coupe ont gouté au succès. La série du mois de mai se penche sur les cinq chefs d’œuvre de Ross Brawn.

©motorsport.com

©motorsport.com

1976, année où l’histoire du sport automobile ajoute un nouveau chapitre à son grand livre. Ross Brawn arrive dans le milieu en tant que mécanicien et gravit rapidement les échelons. Dix ans plus tard, il est repéré par Arrows, une écurie britannique qui évolue en Formule 1 depuis 1978. Le team souffre. L’Arrow A9 n’est pas prête et ne sort que deux fois sur la saison, les pilotes sont obligés de courir avec l’ancienne A8. La saison est une vraie catastrophe. À l’époque, Arrow détient le record de la plus longue présence en F1 sans victoire et décide de limoger ses deux derniers designers. Tous les espoirs reposent sur le recrutement de Brawn qui doit créer et concevoir l’Arrow A10 de 1987. À peine arrivé, le Britannique réussi directement à améliorer le grand point faible de l’équipe : les qualifications. L’ère Ross Brawn dure jusqu’en 1989. En trois saisons, l’équipe marque régulièrement des points et monte même une fois sur le podium. De tels résultats ne passent évidemment pas inaperçus et attirent l’attention.

De la Flèche au Félin

©amazing43.com

©amazing43.com

Un certain Tom Walkinshaw jette son dévolu sur lui. L’ancien pilote et désormais directeur d’écurie l’engage au sein de son écurie TWR (Tom Walkinshaw Racing) qui fait courir des voitures dans le championnat du monde des sports-prototypes avec succès. Les Jaguar viennent de remporter les légendaires 24 Heures du Mans et sont titrées championnes des sports-prototypes pour la deuxième année de suite. L’arrivée de Ross Brawn marque la volonté d’essayer de surpasser le concurrent direct de l’équipe : Sauber-Mercedes. Le team profite du changement de règlement pour se lancer dans la conception d’une nouvelle voiture. En quelques coups d’éclat de génie, le Britannique confirme les espoirs de l’écurie. Il développe la célèbre Jaguar XJR-14, une voiture qui marquera non seulement TWR mais aussi l’histoire du sport. Le châssis en carbone-kevlar est propulsé par un V8 Ford-Cosworth HB, le même qui fait battre le cœur de la Benetton en F1 en 1990.

« J’ai fait une interprétation extrême du règlement technique »

Puisque ce règlement interdit les queues longues, il décide d’attacher un énorme aileron arrière bi-plan en prolongement du capot moteur. Une voiture qui possède une particularité : la XJR-4 n’a pas de portières, les seules parties amovibles sont les vitres du cockpit. Ross Brawn a construit un prototype qui fera directement effet : il amène le titre mondial conducteurs et constructeurs en 1991, malgré quelques baisses de régimes et de fortes restrictions budgétaires.

La marque féline quitte le championnat mondial mais cette Jaguar made in Brawn va continuer d’exister. Son châssis est repris par la Mazda MX-R01 qui signe des résultats satisfaisants. Avant tout, les châssis restants titrés en 1991 de la XJR-14 sont rachetés par Porsche dans le but de participer aux 24 Heures Daytona en 1995. Mais les organisateurs n’approuvent pas l’arrivée d’un grand constructeur qui pourrait gêner la concurrence et les écuries privées, et décide de changer son règlement. La marque allemande décide de se retirer temporairement du projet. Finalement, Joest Racing reprend le projet, le développe et signe la pole aux 24 Heures du Mans 1996. L’ancienne Jaguar habillée en Porsche remporte la légendaire course la même année, ainsi que l’édition de 1997.

©motorsport.com

©motorsport.com

Encore une fois, Ross Brawn, en trois saisons a changé le destin d’une équipe entière. En duo avec Tom Walkinshaw, il quitte Jaguar pour se tourner vers la F1. Les deux hommes sont recrutés par Flavio Briatore, directeur d’une certaine Benetton. Un choix professionnel qui va lancer une successfull story historique : le duo Ross Brawn et Michael Schumacher, rendant les deux noms presque indissociables.

Angélique Belokopytov

About Angélique Belokopytov

Le ronronnement des moteurs m'a bercée depuis ma plus tendre enfance et rythme mon quotidien. Amoureuse de la course et du journalisme depuis des années, vivre de ces deux passions m’apparaît comme une évidence. Comme Schumi l'a dit un jour: “I’ve always believed that you should never, ever give up and you should always keep fighting even when there’s only a slightest chance.”

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*