Angélique Belokopytov/ August 30, 2017/ Serie/ 0 comments

[Série TBT] La 19e édition du championnat de Formule 1 s’est teinté de couleurs britanniques lors du sacre de Graham Hill. Sa Lotus-Ford a abordé non sans difficultés les virages des douze courses de la saison. Deux poles et trois victoires qui l’ont mené à son deuxième titre de justesse, avec 48 points au compteur. Retour sur sa saison en cinq clichés.

La disparition de Jim Clark.

Résultat de recherche d'images pour

Après un retour chez Lotus signé la saison précédente aux côtés de Clark, Graham Hill souffre. Non seulement sa voiture est peu fiable en 67, mais il aborde la saison 68 dans l’ombre de Clark. Graham est considéré comme vieillissant aux côtés d’un Jim grandiose et apprécié du public, considéré comme l’homme fort de l’équipe, malgré le statut égal des deux pilotes. Le 7 avril, les rivalités au sein de Lotus prennent fin. Jim Clark est victime d’un accident mortel lors d’une course de Formule 2. Le team se tourne alors vers son pilote restant: Graham Hill.

La conquête du championnat

Résultat de recherche d'images pour

Seul, Graham Hill prouve qu’il mérite la confiance de son équipe et confirme leur position de favoris aux Grands Prix d’Espagne et de Monaco qu’il remporte haut la main. Il s’installe alors à la tête du championnat, une place qu’il ne quittera plus.

La pression de Stewart et Hulme

Résultat de recherche d'images pour Cependant, le britannique n’est pas seul sur la piste et il n’a pas la tâche facile. La victoire de Jacky en France ou encore celles de Denny en Italie et au Canada lui prouvent que le championnat n’est pas encore joué et que ses concurrents sont proches dans les traces de gomme de sa Lotus. À une époque où les problèmes mécaniques surgissent à chaque étape et en nombre, Graham Hill est conscient que chaque point est crucial et défend sa position jusqu’à a dernière extinction des feux de 1968.

Le triumvirat divorce au MexiqueRésultat de recherche d'images pour

Le Mexique aura eu raison de cette lutte pour le titre. Fin du suspense à la dernière étape et victoire sur le fil, Graham Hill peut recevoir avec soulagement sa deuxième coupe de champion de Formule 1. Il s’agira du dernier coup d’éclat du britannique. La saison suivante sera perturbée par un crash dans lequel il se cassera les deux jambes. Il terminera ensuite sa carrière sans grands exploits en fond de grille.

Angélique Belokopytov

About Angélique Belokopytov

Le ronronnement des moteurs m'a bercée depuis ma plus tendre enfance et rythme mon quotidien. Amoureuse de la course et du journalisme depuis des années, vivre de ces deux passions m’apparaît comme une évidence. Comme Schumi l'a dit un jour: “I’ve always believed that you should never, ever give up and you should always keep fighting even when there’s only a slightest chance.”

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*