Le home race pour la victoire

Angélique Belokopytov/ octobre 12, 2017/ Le coin des découvertes/ 1 comments

Tout juste tenant du titre de champion de F3 Autrichienne et champion de FIA F3 d’Europe Centrale, Andea Cola avait prévu une saison 2017 active sur des circuits aussi différents les uns que les autres. Dans la foulée, le double champion européen a vécu une course à domicile et il peut l’affirmer : il y a quelque chose d’unique lors d’un home race.

Andrea Cola's helmet ©Angelique Belokopytov

Andrea Cola’s helmet ©Angelique Belokopytov

Samedi 9h du matin. Sous le soleil matinal de Vallelunga des dizaines de personnes se pressent déjà autour du box du numéro 99 vert fluo. Malgré la nervosité d’avant-course, l’atmosphère est enjouée. Certains fêtent leurs retrouvailles, d’autres s’échangent des nouvelles sur la terrasse aménagée le long du garage. Famille et amis se sont réunis en nombre pour la course locale de leur protégé. Arrive alors Andrea, plus détendu que jamais, sous des applaudissements, des cris de joie et des mots d’encouragement.

Il existe une légende qui traverse les paddocks et les années : courir sur son circuit local a quelque chose d’unique, voire même de mythique. Daniil Kvyat le disait à Sochi « je pense que pour un pilote, avoir sa course locale, c’est un réel privilège. » Au-delà du privilège, il y a comme un enchantement, les pilotes se sentent pousser des ailes. Il suffit de poser la question à Andrea, quant à savoir si les pilotes sont meilleurs sur leur circuit, la réponse est claire : « Oui ! »

IMG-20170926-WA0002.jpg« Lorsqu’on court chez soi, c’est très important pour nous, les pilotes, d’avoir et de voir tous ces supporters. J’étais très touché de voir autant de monde venu me supporter ici et ce soutien, il est très chaleureux. C’est ce qui fait d’ailleurs la différence avec n’importe quel autre circuit. Ailleurs, j’ai quelques supporters qu’on peut presque compter sur les doigts. Ici, on a pu compter pas moins d’une centaine de personnes qui venaient me voir tous les jours durant le weekend. Et ça, ça représente beaucoup. Tu sais, même quand tu es en course et tu penses à tous ces gens qui sont là et qui te soutiennent sur les gradins, ça te pousse encore plus à te surpasser et à vouloir faire le meilleur résultat possible. Beaucoup pensent que lorsqu’on roule, on est trop concentrés pour y penser, mais c’est le contraire justement. Alors c’est vrai, malheureusement je ne peux pas les voir sur les gradins, je n’ai pas le temps, je vois juste mon team et père quand il s’agite sur le pit wall, surtout quand il monte dessus. » (rires)

Le home race a un effet particulier sur un pilote, généralement bénéfique. Un coup d’œil aux statistiques suffit. Lorsqu’on voit un Lewis Hamilton décrocher une pole à Silverstone lors de sa première saison en F1 et une victoire l’année d’après, on pourrait se dire que le circuit anglais lui va bien. Mais le britannique reste indétrônable de la première place depuis 2014, on peut dire qu’il se passe clairement quelque chose entre ces deux-là.

IMG-20170924-WA0124.jpg

Pourtant, pour certains pilotes, home race est également synonyme de pression supplémentaire. Récemment, on a pu voir un Jolyon Palmer insister dans les médias sur l’importance de la prestation qu’il comptait fournir sur son tracé. La raison à cette envie d’exceller à la maison est simple : satisfaire les supporters. Du côté d’Andrea, ce désir est plus positif que négatif.

« Je n’ai pas du tout de pression… Je n’ai rien fait de différent pour me préparer à ce week-end. Je ne le vis pas comme une pression et je n’ai pas cette envie de me montrer plus que d’habitude pour dire ‘regardez ce que je fais pour vous‘. A ce niveau-là, j’agis comme sur tous les autres circuits : donner le meilleur de moi-même. Donc, pas de pression supplémentaire. Pour moi, c’est avant tout du soutien ce qui justement va me pousser à être meilleur. »

IMG-20170924-WA0126.jpg

«Alors oui, c’est vrai qu’il y a beaucoup de gens et d’agitation autour de moi mais l’atmosphère n’est pas la même que sur d’autres tracés, c’est ça qui fait plaisir avant tout. On peut penser que ça peut diminuer ma concentration, mais ça ne change rien pour moi. Je veux dire par là, à partir du moment où je mets mon casque et que je baisse la visière, je change de monde. Je ne vois rien et je n’entends rien d’autre que ma voiture et la course. »

« D’ailleurs, si j’avais la possibilité d’avoir toutes ces personnes avec moi sur les autres circuits, je suis certain que ça serait quand même différent que ce que je vis ici avec eux. Parce que, ici, je sais que nous sommes à Rome, à la maison et je ne sais pas pourquoi, je me sens plus à l’aise à tous les niveaux, je suis à la maison. C’est peut-être pour ça que je me sens plus apte à pousser encore plus, à prendre plus de risques en piste. Mais si je pouvais avoir la possibilité d’avoir toutes ces personnes avec moi sur les autres tracés, ça représenterait beaucoup pour moi. »

La légende continue de courir dans les paddocks. Andrea termine son week-end avec une qualification en pole, une première course menée de bout en bout et une remontée depuis la huitième place jusqu’au podium pour la deuxième course. Un résultat inespéré pourtant décroché avec plus de facilité que prévu.

Race 1 Trophies ©Angelique Belokopytov

Race 1 Trophies ©Angelique Belokopytov

« Le weekend a été fantastique. Je dois même avouer que je ne m’attendais pas à ce qu’on fasse de tels résultats. Surtout que c’est ma première fois sur ce circuit et on n’avait pas prévu de faire aussi bien. Ce dont je suis le plus fier c’est la pole position, c’était fantastique, je ne pensais pas pouvoir mettre la barre aussi haute. »

« C’était loin d’être facile lors de la deuxième course, de commencer en huitième position à cause de la grille inversée. Lorsque j’ai vu Bracalente me dépasser, je me suis dit que je devais peut-être faire une croix sur un podium. Mais j’ai ensuite pensé à toutes ces personnes présentes et je me suis dit « tu dois aller vite » et j’ai commencé à dépasser tous ceux qui étaient devant moi. »

Andrea Cola winning race 1 ©Angelique Belokopytov

Andrea Cola winning race 1 ©Angelique Belokopytov

« Sur le podium, c’était unique, cette sensation avec tous ces gens. C’est un sentiment tellement différent des autres podiums, c’est fantastique. Etre sur le podium et entendre les autres crier pour toi et ton résultat, c’est juste indescriptible. C’est beaucoup d’émotions, beaucoup trop même, je ne saurais même pas dire à quoi je pense à ce moment-là, je vais sur le podium et je vis le moment. »

Fin de journée, le bar de la terrasse aménagée grouille de monde, la famille et les amis sont emportés par la joie. Andrea, coupe à la main, de retour du podium, est applaudi, acclamé, félicité. La victoire est la sienne et la leur à la fois : chaque personne présente peut porter le trophée du succès sur la première marche aux côtés d’Andrea.

Angélique Belokopytov

 

Retrouvez les highlights de la course d’Andrea Cola

https://www.youtube.com/watch?v=1jy58ihuYc8 

About Angélique Belokopytov

Le ronronnement des moteurs m'a bercée depuis ma plus tendre enfance et rythme mon quotidien. Amoureuse de la course et du journalisme depuis des années, vivre de ces deux passions m’apparaît comme une évidence. Comme Schumi l'a dit un jour: “I’ve always believed that you should never, ever give up and you should always keep fighting even when there’s only a slightest chance.”

1 Comment

  1. The perfect story for the perfect weekend.
    Congratulations!!!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*