Lewis Hamilton et Spa : entre amour et haine

Angélique Belokopytov/ août 28, 2017/ Au volant des courses/ 4 comments

Spa-Francorchamps 2017. Cette édition qui réunit le 50e Grand Prix de Belgique, la 200e course de Lewis Hamilton et surtout, la 68e pole du britannique qui égalise le record absolu de Michael Schumacher. C’est clair, Lewis et Spa, c’est une relation unique.

68e départ en tête, et une victoire supplémentaire. C’est ainsi que Lewis confirme encore une fois, que le mythique circuit de Spa-Francorchamps lui va comme un gant, et ce, depuis son arrivée en Formule 1, en 2007. Sur les onze Grands Prix belges disputés, le britannique a vu soit blanc, soit noir. Une quatrième place comme pire résultat, six podiums et quatre abandons. Un couple rare, uni par une relation aussi passionnelle que manichéenne.

2007. Dans un bar nommé « L’Eau Rouge« , Lewis rencontre celle qui lui en fera voir des couleurs. Séduit par ses courbes, il tombe sous le charme de son caractère trempé. Mais la belle a plusieurs prétendants et refuse de lui céder trop rapidement : il se retrouve au pied du podium, bataillant pour son cœur, rivalisant avec les yeux bleus de Kimi Räikkönen, la sympathie brésilienne de Felipe Massa et les avances espagnoles de Fernando Alonso.

76737973


©Getty Images

Hamilton sait ce qu’il veut et décide de se lancer: il propose un rencart à celle qui porte les initiales S-F. C’est l’occasion de sortir de le grand jeu: pole position à l’apéro et victoire au dîner. Mais la belle n’est pas si facile à amadouer. Lewis a tenté de gagner trop tôt de l’avantage sur son autre prétendant, Kimi Räikkönen. Elle le pénalise de 25 secondes et le britannique est relayé à la troisième place, lui rappelant qu’il faudra être plus prudent à l’avenir. D’ailleurs, le caractère difficile de la demoiselle ne pardonne pas rapidement. Lors de leur rendez-vous suivant, toujours mécontente de son comportement, elle lui pose un lapin. Une qualification en 12e place et un abandon à peine les feux éteints lui serviront de leçon.

Résultat de recherche d'images pour


©F1 Fanatic

Cependant, la belle spadoise éprouve des difficultés à oublier la personnalité vivace de ce jeune pilote qui lui correspond si bien, elle veut le revoir. Quoi de mieux que de l’inviter sur piste sèche en pleine saison 2010 -alors que des averses étaient promises- et de lui offrir une course menée de bout en bout, la deuxième de sa carrière.
Enthousiaste face à ce revirement soudain, Hamilton l’invite à danser. Sur douze mélodies complètes, elle tourne et se trémousse. Au treizième titre, Lewis remarque qu’un certain Kobayashi a déposé son regard sur la belle une fois de trop. Sur un coup de sang, il l’empoigne et l’envoie dans le mur. Le geste est impardonnable, la demoiselle s’en va, plantant le britannique sur place malgré son mea culpa. C’est décidé, ce Lewis, elle veut l’oublier. Elle le recroise sur la grille de départ en 2012, mais ne lui adresse pas la parole. Elle réussit même à convaincre Romain Grosjean de la venger lors de l’extinction des feux.

Un Lewis Hamilton ne se laisse pourtant pas abattre si facilement. Il sait qu’à la prochaine fête organisée par le Paddock, elle sera présente. Il y voit l’occasion de montrer fièrement que ses coups bas ne l’atteignent pas. Les objectifs sont atteints: depuis la pole vers un podium en troisième place, ça aurait pu être pire. Provoquée par ce manque d’attention, elle décide d’activer le moyen infaillible pour le toucher: la jalousie. Elle s’arrange pour que le britannique l’aperçoive aux bras de son plus grand rival : Nico Rosberg. L’atmosphère est tendue, et aucun des deux hommes ne veut céder du terrain.

Résultat de recherche d'images pour

Sky Sport

Finalement, le contact survient: l’Allemand cède aux provocations du britannique et lui donne un coup. Après avoir vainement tenté de tenir tête à son rival, Lewis décide d’abandonner à cinq tours de l’arrivée, fatigué de répondre aux caprices de la grande dame. Il fait le contraire de ce qu’elle attendait de lui et cède la victoire à Nico. Par ce geste, la Spadoise se rend alors compte qu’elle a dépassé les limites de la piste. Il est temps d’enterrer la hache de guerre.

Le 23 août 2015, ils se donnent rendez-vous symboliquement dans le bar où ils se sont rencontrés. Terminé les provocations et les enfantillages, il est temps de prendre un nouveau départ. Ce jour-là, avec une 39ème victoire, Hamilton signe son 80ème podium et égale son idole de tout les temps: Ayrton Senna.
Comme dans toute relation, il y a des passages simples, d’autres plus compliqués, comme en 2016. Une dispute le fait démarrer 21ème sur la grille, mais leur rapide réconciliation l’amène sur la troisième marche du podium.

Dimanche dernier, ils on décidé d’organiser un dîner romantique pour fêter les onze ans de leur rencontre. En l’honneur de cette journée et de celles qui suivront, elle lui a offert une pole. En remerciement, il lui a offert une victoire.


© Angelique Belokopytov

Angelique Belokopytov

About Angélique Belokopytov

Le ronronnement des moteurs m'a bercée depuis ma plus tendre enfance et rythme mon quotidien. Amoureuse de la course et du journalisme depuis des années, vivre de ces deux passions m’apparaît comme une évidence. Comme Schumi l'a dit un jour: “I’ve always believed that you should never, ever give up and you should always keep fighting even when there’s only a slightest chance.”

4 Comments

  1. Wouaw, quel article, 🥇👏

  2. Merci beaucoup! Ça me fait énormément plaisir ! 🙂

  3. Quel bel article, et quelle originalité !! Jamais vu un pareil auparavant ! Well done !!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*